La technologie
les dernières informations

Technologie moderne et réalisation des objectifs de développement durable : l'innovation technologique nous emmène vers un avenir meilleur

Technologie moderne et réalisation des objectifs de développement durable : l'innovation technologique nous emmène vers un avenir meilleur

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) se sont propagées à pratiquement tous les aspects de la vie. Il y a seulement une décennie, dans certaines parties du monde, l'accès prioritaire aux technologies de l'information et de la communication était considéré comme un luxe. Aujourd'hui, il est largement reconnu qu'investir dans un accès abordable, universel et inconditionnel aux TIC est essentiel pour progresser vers les priorités mondiales, en particulier les objectifs de développement durable (ODD).

Il s'ensuit naturellement que diverses hypothèses, théories, espoirs et même frustrations font partie intégrante du décollage de ce processus de « numérisation ». Les divers succès et échecs du potentiel de transformation des TIC ont montré que les technologies elles-mêmes ne sont ni positives ni négatives ni nécessairement neutres. Au contraire, les nouvelles technologies sont une preuve supplémentaire du fait que l'autonomisation politique, civique, économique et sociale sont tous des éléments constitutifs, à la fois pour les objectifs mondiaux et pour des visions et attentes transcendantes de prospérité.

Découvrez/explorez l'alternative au botox à domicile : qu'est-ce que c'est, comment ça marche et quels sont les risques potentiels ?

Les technologies de l'information et de la communication progressent à une vitesse étonnante, mais l'accès à Internet, en particulier via le World Wide Web, est peut-être l'élément le plus important pour libérer le potentiel des nouvelles technologies. Les objectifs de développement durable reconnaissent à juste titre le rôle vital que les technologies de l'information et de la communication peuvent jouer dans leur réalisation. La cible C, de l'ODD 9, en particulier, appelle à l'accès universel aux TIC, en particulier dans les pays les moins avancés, d'ici 2020, c'est-à-dire dans des mois. La moitié de la population mondiale devrait être en ligne en 2019 (estimation initialement pour 2017). Sur les quelque 3.9 milliards de personnes qui restent hors ligne, l'écrasante majorité vit dans les pays du Sud et 2 milliards d'entre elles sont des femmes. Neuf jeunes sur dix qui sont déconnectés vivent en Afrique ou dans la région Asie-Pacifique.

Au rythme actuel de progression vers la cible C de l'ODD 9, seuls 16 % des pays les plus pauvres du monde et 53 % du monde entier seront connectés à Internet d'ici 2020, selon l'Alliance pour un Internet abordable (A4AI). La coalition note en outre que l'impact de ce retard dans la connectivité "va saper le développement mondial dans tous les domaines, contribuant à des opportunités manquées de croissance économique et empêchant des centaines de millions de personnes d'accéder à l'éducation en ligne, aux services de santé, à la voix politique et bien plus encore".

Les téléphones portables sont largement considérés comme le point d'entrée dans l'économie numérique et « l'une des technologies les plus avancées de l'histoire. … alors que les communications mobiles se répandent rapidement, elles ne se propagent pas uniformément », note l'International Mobile Networks Association (GSMA), une association qui représente les intérêts des opérateurs de réseaux mobiles du monde entier. Les disparités dans l'accès et l'utilisation des téléphones portables et d'Internet tracent des clivages urbains, ruraux, de genre et géographiques.

À titre d'exemple, la GSMA note que "dans les zones rurales, le coût de construction et d'exploitation des infrastructures mobiles peut être deux fois plus cher que dans les zones urbaines, avec des revenus jusqu'à 10 fois inférieurs à ceux des zones urbaines". Cela découragerait les fournisseurs de services de télécommunications de donner la priorité à ces domaines, qui sont souvent laissés pour compte sur l'infrastructure et d'autres voies de développement.

L'International Mobile Networking Association (GSMA), dans sa dernière évaluation de l'écart entre les sexes dans les téléphones mobiles, a constaté que « les femmes des pays à revenu faible ou intermédiaire sont, en moyenne, 10 % moins susceptibles que les hommes de posséder un téléphone mobile, ce qui se traduit par 184 millions de femmes ne possèdent pas moins de téléphones portables que les hommes. Même si les femmes possèdent des téléphones portables, il existe un écart d'utilisation important, en particulier pour les services plus transformateurs, tels que l'accès à Internet mobile. Plus de 1.2 milliard de femmes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire n'utilisent pas l'Internet mobile. Les femmes sont, en moyenne, 26 % moins susceptibles d'utiliser l'Internet mobile que les hommes. Même parmi les propriétaires d'appareils mobiles, les femmes sont 18 % moins susceptibles que les hommes d'utiliser l'Internet mobile. » Une étude de la World Wide Web Foundation a révélé que dans les communautés pauvres de neuf villes d'Afrique, d'Asie du Sud-Est et d'Amérique latine, presque toutes les femmes et tous les hommes possèdent un téléphone. Cependant, lorsqu'elles sont stratifiées en fonction du revenu, du niveau d'éducation et de l'âge, les femmes sont environ 50 % moins susceptibles que les hommes dans les mêmes communautés d'accéder à Internet, avec seulement 37 % des femmes interrogées déclarant utiliser Internet. Une fois en ligne, les femmes sont 30 à 50 % moins susceptibles que les hommes d'utiliser Internet pour augmenter leurs revenus ou participer à la vie publique.

La géographie d'un pays affecte le coût de connexion de ses citoyens à Internet. Cela signifie que les pays enclavés et les archipels insulaires ont généralement des coûts de connectivité Internet plus élevés. Les petits pays (à la fois en termes de population et de superficie) "ont le moins de chances de réaliser des économies d'échelle", tandis que "les coûts de l'industrie engagés pour fournir un service Internet montrent que le coût de fourniture à un abonné de données mobiles à large bande pendant un an dans une île archipel une nation comme les Philippines coûte environ cinq fois le coût de faire la même chose dans un pays côtier comme le Nigeria.

Les recherches ont constamment souligné que le coût du matériel et de l'accès à Internet est le principal obstacle à la connexion des personnes non connectées. Malheureusement, les mesures préconisées par les différents acteurs n'ont pas obtenu un élan politico-politique suffisant pour lever cet obstacle. Les appareils mobiles coûtent souvent plus cher que ce que ceux qui ont le moins peuvent se permettre dans la plupart des sociétés, malgré la baisse des coûts des appareils et l'utilisation croissante des téléphones mobiles intelligents. De plus, pour ces personnes, le prix d'une connexion haut débit de base représente un pourcentage de revenu beaucoup plus élevé que pour ceux qui gagnent la moyenne nationale.

D'autres facteurs jouent un rôle dans le maintien des personnes, en particulier des femmes, hors ligne. La recherche en ligne sur les droits des femmes (2015) a révélé que de nombreuses femmes des communautés urbaines pauvres qui restent hors ligne ont cité le fait de « ne pas savoir comment » utiliser Internet comme un obstacle à l'accès à Internet. Des recherches menées par l'International GSM Association (GSMA) ont également révélé que les femmes sont plus souvent confrontées à une faible littératie numérique (ne pas savoir utiliser un téléphone portable et comment accéder à Internet sur un appareil mobile) et à l'analphabétisme (difficultés à lire et à écrire). que les hommes.

Le manque de temps et la pertinence du contenu (manque de disponibilité de contenu en ligne dans les langues locales) ont été largement cités comme des obstacles empêchant les femmes, en particulier de se connecter et de rester en ligne. Et les espaces en ligne, en particulier les médias sociaux, qui se sont révélés être d'importants moteurs de l'utilisation d'Internet en Afrique, en Asie et en Amérique latine, sont également de plus en plus précaires. Non seulement cela éloigne les gens d'Internet, mais cela crée un déficit de confiance autour d'Internet et des nouvelles technologies. Les plateformes de médias sociaux, qui étaient autrefois considérées comme prometteuses d'être des «espaces publics» pour s'engager dans des opportunités et des idées, deviennent des espaces de plus en plus toxiques et dangereux dont beaucoup commencent à se retirer. Encore une fois, les femmes supportent le poids de ces risques.

La réalisation des objectifs de développement durable et le rôle de la technologie dans la conduite de cet effort ne peuvent être réalisables que si des mesures radicales sont déployées. La fracture numérique est une manifestation de sociétés très inégalitaires et d'échecs politiques. Au niveau mondial, les travaux sur l'élaboration et la mise en œuvre de politiques visant à relever les défis susmentionnés sont au point mort.

Alors que le discours autour de la quatrième révolution industrielle et de l'impact des nouvelles technologies prend le pas sur la politique, l'innovation et l'intérêt pour les investissements, il existe un risque croissant d'élargissement des fractures numériques. Si la moitié de la population mondiale n'a pas encore accès à ce que l'on pourrait appeler les « technologies habilitantes », comme indiqué ci-dessus, comment les nouvelles technologies leur seront-elles bénéfiques ? Il est impératif que les discussions sur l'accès universel et abordable à Internet et aux appareils de communication restent au premier plan, même si l'attention se concentre sur les nouvelles technologies telles que l'intelligence artificielle (IA), l'Internet des objets, la robotique et la technologie blockchain.

Nous accueillons favorablement l'innovation qui conduit à la création et à la personnalisation de nouvelles technologies et de technologies existantes, et est un moyen de relever de nombreux défis auxquels la société est confrontée aujourd'hui, ainsi que d'atteindre les objectifs mondiaux. Les espaces dédiés à la promotion de l'innovation doivent être assortis d'un pouvoir politique égal, en particulier dans le domaine de la mise en œuvre.

Il est urgent d'évaluer les idées qui animent le discours sur l'innovation ; Les solutions technologiques - la croyance commune selon laquelle chaque problème a un remède basé sur la technologie - doivent faire l'objet d'un examen plus approfondi. Le fait que les femmes, les groupes minoritaires et les personnes des pays du Sud jouent à peine un rôle dans l'innovation technologique censée relever les défis auxquels ils sont confrontés devrait nous faire réfléchir. Une approche plus nuancée doit être adoptée à l'égard de l'idée d'innovation par le biais des nouvelles technologies, notamment en examinant comment ces personnes peuvent être autant impliquées dans l'innovation qu'elles peuvent en bénéficier.

Les nouvelles technologies ne résoudront pas les problèmes posés par ces technologies qui imprègnent déjà nos vies. Par exemple, le déploiement et la priorisation de l'IA pour modérer le contenu - au lieu d'utiliser des modérateurs des droits de l'homme - via les plateformes de médias sociaux entraînent déjà des violations des droits de l'homme. En effet, le concept de nombreuses technologies est truffé de biais quasi impossibles à expliquer, pourtant ils sont mis en avant comme des solutions à ces défis.

Bien que nous ayons besoin d'une réflexion innovante pour atteindre les objectifs mondiaux, le rôle essentiel de la politique doit être réintroduit dans le débat sur ce que les technologies peuvent et ne peuvent pas faire. Ces technologies ne résoudront pas le manque de volonté politique de lutter contre la pauvreté ou les normes sociales néfastes. La politique est aussi importante que l'innovation, car des environnements politiques appropriés garantiront le succès des efforts visant à atteindre les objectifs mondiaux, y compris ceux liés à la technologie. La bonne mise en œuvre des politiques aide à déterminer les mécanismes d'investissement utilisés par les États et les acteurs privés pour atteindre les objectifs politiques. Cela vaut autant pour les politiques technologiques que pour les politiques visant un développement social et économique équitable. Il n'y a pas d'approche unique pour la réforme des politiques ; Les défis spécifiques au contexte pour favoriser un développement inclusif et durable grâce aux technologies nouvelles et existantes doivent être appréciés.

Bien que l'on puisse s'attendre à ce que les TIC catapultent toutes sortes de défis, ces réalités qui se déroulent devraient servir de rappel opportun que les technologies ne peuvent pas résoudre à elles seules leurs propres défis ou inégalités passés, même si nous attendons d'elles. De plus, les TIC, à mesure qu'elles évoluent et se diffusent, peuvent aussi créer de nouveaux contrastes. Les fractures numériques qui se creusent sont aussi, en général, des écarts entre les sexes et des écarts de revenus, ce qui en fait des défis de développement, et pas seulement technologiques.

Afin de donner vie à la Stratégie du Secrétaire général des Nations Unies sur les nouvelles technologies, voici quelques-unes des considérations qui, je l'espère, guideront sa mise en œuvre. L'un des principaux résultats a été la création du Groupe de haut niveau sur la coopération numérique, dont je suis membre. Dans notre travail, nous explorerons en profondeur l'interaction des valeurs, des principes, des méthodes et des méthodes, ainsi que des domaines de travail illustratifs qui montrent ce qui a fait ses preuves dans la pratique. Nous inviterons également une réflexion honnête sur ce qui n'a pas fait ses preuves dans la pratique et identifierons ce qui est nécessaire pour maximiser davantage le potentiel de transformation de la technologie, tout en atténuant ses risques et ses dommages.

Je crois que nous avons de nombreux éléments essentiels - des objectifs de développement durable aux innovations et aux recommandations politiques - pour ne laisser personne de côté à l'ère numérique. Ce qu'il faut, c'est la motivation humaine (politique) pour faire avancer le slogan des objectifs de développement durable aux niveaux local, régional et mondial. Comment libérer ce potentiel est peut-être le plus grand défi techno-politique de tous.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Ne sera pas publié votre adresse email. Les champs obligatoires sont marqués *

Aller au bouton supérieur